Blog

Posts in Films
Bloc Notes

Fin février 2016.
Je me tape un film Pathé, pas le choix pour chopper un film avec Eric et Ramzy, la dernière fois ils m'avaient bien fait rire - mais ça, c'était en 2001. Depuis, leur humour est super pas marrant - même Katherine ne sauve pas le film, c'est dire.
En plus, la salle de cinéma ne faisait pas de réduction pour les demandeurs d'emplois. Those bastards! Ils ferment la salle Cordeliers de toute façon; ça ne sera pas une triste nouvelle cette fois.

LUNDI 7 mars.
Un temps à séries sous la couette.
Fin de saison de "Suits", pas mal du tout.
Retrouvailles avec la saison de "Girls" qui commence sur les chapeaux de roue.
Découverte de "Mr Robot" qui s'avale comme une bonne pilule, le super-hacker me tient captivé.
Hâte que le printemps revienne pour de bon que le cycle des séries s'estompe de lui-même.

MARDI 8 Mars. Journée des femmes.
Je passe devant le Cnp Bellecour et ils ont un ticket suspendu - trop bien, j'avais justement du vide dans mes poches ! J'en profite pour aller voir "Merci Patron" et je ne regrette pas une seconde. Ca rappelle que rien n'est impossible, que l'image qu'on renvoie de nos jours compte énormément et que le Fakir peut facilement faire trembler un grand groupe.

MERCREDI 9 Mars.
La grève est en place en France.
C'est finie la grippe de six jours, Enfin presque. Je me blottis au chaud dans un bar des pentes super caféiné, Le Tigre. J'y bois mon premier Cacao-café qui me réconcilie avec les pentes.
#Mocacchino-bonheur.

JEUDI 10 Mars.
"Les Délices de Tokyo" premier film coup de cœur japonais de l'année
#viens on va dans la cuisine et on se fait des pancakes.

VENDREDI 11 Mars.
Trouvé sur internet, "Les deux amis" - ma tasse de thé par excellence.

MARDI 15 Mars.
Deux films dérangeants sur des enfants (qu'on a rangés de force) me remuent.
"Partisan" et "Room"
Merci Popcorntime.

Critique, Films, LifeSentoComment
Coups de coeurs cinématographiques


Derrière le partage, il y a l'idée de contaminer par l'amour,
de donner l'envie.

Les listes sont dans l'air du temps, je sais.
Mais j'aime cette manière de parler de
coups portés au cœur ces derniers temps.


L'envie d'aller à Séville pour se reperdre d'amour avec du vent :

  • JACK ET LA MECANIQUE DU COEUR de Stephane Berla et Mathias Malzieu

    L'envie d'avoir envie :
     
  • IDA de Pawel Pawlikowski

L'envie du plaisir de se perdre (contrairement au pseudo désarroi cher à Lynch) :

  • UNDER THE SKIN De Johnatan Glazer

L'envie de voler et de passer sa vie à réaliser ce qui nous tient à cœur :

  • THE WIND RISES de Hayao Miyazaki

L'envie de ne pas s'oublier, de comprendre le passé :

  • BOYHOOD de Richard Linklater

La manière de l'envie et l'envers des manières :

  • LA VIE D’ADÈLE d'Abdellatif Kechiche
  • LOVE de Gaspard Noë

L'envie de retourner voir le bateau dans les arbres de mon enfance :

  • MUD de Jeff Nichols

L'envie de vivre dans l'urgence, du beau milieu de la plaine désertée des souvenirs-grains de sables :

  • STILL ALICE de Richard Glatzer et Wash Westmoreland

L'envie de lire les énergies des gens :

  • MAGIC IN THE MOONLIGHT de Woody Allen

L'envie de suivre ses envies :

  • THE SECRET LIFE OF WALTER MITTY de Ben Stiller

L'envie d'aller dans la forêt de pins :

  • LIFE BEHIND THE PINS

L'ile de l'envie :

  • THE ONE I LOVE

L'envie futuresque :

  • THE ZERO THEOREM

L'envie de voir le passé :

  • PHILOMENA

L'envie de se détourner de comment la réalité nous est montré :

  • NIGHTCRAWLER

L'envie de se passer d'un iphone dans la poche de sa chemise trop près du coeur :

  • HER de Spike Jonze

L'envie de laisser la femme prendre le dessus :

  • THE DANISH GIRL de Tom Hooper

 

 

Analyse, FilmsSento
Vous m'avez donné un souvenir que je n'oublierai jamais.

J'ai trouvé dans une chanson que j'affectionne une citation qui me parle. A la fin du morceau joué avec une chorale, William Sheller conclue ce qui me rappelle pourquoi je suis photographe.

PS. Des nouvelles - je rentre en France pour l'été qui arrive, nous quittons la Nouvelle-Zélande à la fin du mois, pour rentrer pépèrement.

Films, poetrySento